Le club - posted on 25 mars 2013 by

Baptême du feu

Les Succubes et les Panthers

Début de jamLe 06 Mars 2013, la nouvelle est tombée.
Le coach Roll Mops piaillait sur Facebook depuis le milieu d’après-midi, nous contaminant petit à petit.
Le lendemain soir, notre créneau exceptionnel-anniversaire en salle, qui s’était transformé en entrainement avec les copines des Panthers d’ Argenteuil, s’est soudain transformé par la magie du Ref Judge Fredd en scrimmage non-officiel. Autrement dit en petit match amical en conditions réelles. On prend les 2 équipes, on mélange un bon coup, et on en fait 2 équipes.
Arbitres, prisons, MAJOOOOOR et tout et tout! Ow…
Je piaille. On m’aurait dit que j’allais jouer une finale de coupe du monde que ça m’aurait fait le même effet. Donc je piaille. Dans 24h, ça sera notre baptême du feu, et je suis hystérique à l’idée de partager ça avec les copines!
Sur Facebook ça s’agite de partout. Certaines stressent, d’autres moins, ça piaille de partout, ça sent la grande soirée à plein nez!

J’ai besoin de roulements pour mes roues d’intérieur. Et d’un casque ( le mien est trop grand ). Et de freins non marquants.
Flûte.
On court en chercher le soir même. On arrive à 19h10, le magasin est en train de fermer, le gars commence à descendre le rideau de fer. Je chouine  » Silvousplaiiit silvousplaittttt j’ai mon premier scrimmage demain soiiiiir j’en ai besoinnnn s’ilvousplaiiiit « . Il me laisse entrer. Je souffle…

Le lendemain la journée s’enchaine normalement. Sans stress. Devant l’école j’ai envie de hurler à tout le monde que ce soir j’ai mon premier scrimmage heyyyy vous vous rendez compte? Mais même en le hurlant tout le monde s’en ficherait quand même, alors je me tais ( c’est mieux ).
Le soir c’est la course habituelle avec ma soeur ( Loony Charlie ), Tiponey et Sally. On s’habille à toute vitesse, on se maquille, on envahit le salon, on piaille.

Et puis une fois sur place d’un coup le doute. Mince j’ai même pas encore mes MS, et j’espère que ma cheville va tenir bon ( je sors d’une entorse ), que mon dos en vrac ne me bloquera pas, que mes poumons ne me lâcheront pas. J’ai soudain peur de décevoir mes coachs, et surtout mon équipe.
Et puis je vais forcément devoir jouer contre des filles de mon équipe, oh non… Je ne peux pas jouer contre ma soeur là si?!!!
On s’échauffe. On rigole. On prend nos marques.
Et on a du public… Nos familles, quelques amis… Du public quoi!!!
On forme les équipes. Coup de chance ( ou pas ) je me retrouve avec ma soeur ( ouf ).

Et puis ça commence. Finalement les doutes s’envolent. Ça fait bizarre de jouer avec des filles qu’on ne connait pas, mais l’équipe tourne plutôt bien.
On me propose de jammer. Ow… J’vais vomir ( Ouais ouais, pareil que dans le film )! Moi qui adore ça ( alors que je n’ai pas du tout le physique de l’emploi ) d’un coup je ne suis plus si sûre d’en être capable. Je ne suis pas une grande patineuse moi hein!!
Je me lance, je fonce, je passe. Je marque des points. JE MARQUE DES POINTS?!!! Moi j’ai marqué des points?!!! Je m’étonne toute seule!
Je vais en prison, je re rentre, je retourne en prison. Je fais un powerjam. Je cède un powerjam.
Et surtout… J’AIME!

Le match se termine. Les points on s’en fout, on ne s’en souciera que le lendemain. Les bleus aussi on s’en fout, on en découvrira pendant des jours!
C’était trop bon, je suis remontée à bloc, pire qu’une pile électrique! On remet ça quand hein hein?!!!

Les Succubes et les Panthers

( Encore merci à Judge Fredd pour ce magnifique cadeau, aux derbycopines des Panthers d’Argenteuil, et surtout à mon équipes adorées et à nos super coachs <3 )