Le club - posted on 24 mars 2013 by

365 jours d’émotion

Laçage de rollerA ceux qui me demandent: C’est quoi le roller derby?

Je vous épargnerai pour une fois l’éternel discours: Alors c’est une course entre deux équipes bla bla bla, bla bla bla.

Pour moi, le roller derby c’est une aventure humaine.
On se décide un jour à faire des demandes administratives, à chercher deux amis qui se sacrifient pour devenir membre d’un bureau d’un sport qu’ils ne connaissent même pas.

On va frapper aux portes d’une mairie pour demander l’accès à une cour d’école, l’air penaud au moment où on nous demande les effectifs de notre assoc….Euh 3 ou 4 mais ça va augmenter!!!!!

Et là, on redresse un peu la tête quand Monsieur Le Maire nous envoie un courrier nous accordant la clé de NOTRE petit track totalement hors dimensions. Mais on est content!!!

Et on commence les entrainements à 3, à 4, à 5…Le secrétaire de l’assoc endosse le rôle de coach. La trésorière devient pro en communication. Une grande gueule dans l’équipe ça vaut de l’or! 🙂

On sert les dents et on garde espoir quand on se retrouve à 2 parce qu’il pleut et parce que l’année sportive est déjà bien entamée. Les gens changent rarement de sport au moins d’avril ou mai …

Une patineuse nous présente celui qui deviendra notre coach technique, un ami à elle dont la maman a du garder de grands séquelles lors de son accouchement. Ben oui, les rollers ça doit faire mal quand ça passe ^^
L’équipe encadrante se met en place tout doucement, gérant 5 patineuses pendant les vacances d’été.
Et tous ensemble, on se prend à rêver, à rêver qu’un jour on patinera à 10, à 15, …qu’un jour on aura une salle.

 

Et le miracle arrive en septembre. On se fait connaître un peu plus au sein des villes, et l’équipe s’agrandit!
Et c’est là que la belle histoire commence. On découvre des filles formidables, avec qui on se trouve des points communs, des atomes crochus, ou au contraire des nenettes à l’opposé de soi. Et on se rend compte que chacune a sa place dans l’équipe, équipe qui devient peu à peu un clan, une petite famille.
On fait la connaissance des conjoins, des enfants, des amis ou des parents de chacune.
On passe de bons moments ensemble, on rit ensemble, on pleurera surement quand l’une devra nous quitter. Bref, au-delà du sport, le roller derby c’est comme un cocon dans lequel on se ressource, avec des gens qu’on apprend à connaître et à aimer. Au 24 mars 2013, nos deux coachs supportent 18 filles plus délurées les unes que les autres. Je ne sais pas si c’est possible de garder une relation pareille quand on devient un groupe plus conséquent. Mais j’espère sincèrement. Car, moi si je chausse mes rollers même quand le thermomètre avoisine les 0°C, c’est parce que je suis pressée de retrouver les copin(e)s et parce que j’ai la certitude que ça sera surement l’un des meilleurs moments de ma journée, voir LE meilleur.

Lilith Spirit.